Être maître de son pouvoir
18 janvier 2018
Accepter votre guérison
18 janvier 2018

Nous sommes tous guérisseurs

Nous définissons la guérison comme « le retour à l’expérience de l’équilibre (l’harmonie) et du bien-être ». Celui qui guérit une autre personne l’aide en réalité à retrouver l’expérience du bien-être complet. Celui qui se guérit lui-même retrouve lui-même l’expérience du bien-être.

Le mot « guérison » est utilisé ici pour décrire le processus conçu pour que le sujet – la personne qui reçoit la « guérison » – retrouve le bien-être. C’est aussi le mot que nous utilisons pour décrire le résultat final du processus lorsqu’il est couronné de succès. Nous disons que la personne a reçu une guérison.

Une guérison peut être partielle ou totale. Lorsqu’elle est partielle, c’est que l’état du sujet s’est quelque peu amélioré. Nous disons qu’il a fait l’expérience de la guérison avec des effets partiels jusque-là. Lorsque les effets de la guérison sont complets, nous disons que le sujet a été guéri, et est guéri.

Le « guérisseur » est quelqu’un qui participe au processus de guérison avec l’intention d’aider le sujet à retrouver l’expérience du bien-être. Nous qualifions également ainsi ceux qui, dans le passé, ont obtenu des résultats positifs dans ce rôle. Tout individu qui a déjà effectué une guérison avec succès est nécessairement un guérisseur.

Cela implique que ceux que nous appelons « guérisseurs » aient la capacité de mener à bien le processus de guérison. Nous pensons que chacun de nous est né avec cette aptitude et que nous avons seulement besoin d’apprendre à utiliser les outils que nous possédons d’ores et déjà. De ce point de vue, nous pensons que nous sommes tous des guérisseurs, accomplis ou virtuels.

Les résultats de la médecine alternative – comme ceux de la médecine traditionnelle – ne peuvent être garantis. Lorsque le processus est couronné de succès, toutefois, c’est grâce à une combinaison de conditions requises satisfaisantes et qui sont quantifiables – parmi lesquelles le degré d’habileté du guérisseur dans son maniement des outils disponibles, le degré d’ouverture d’esprit de la personne traitée vis-à-vis de la guérison et vis-à-vis du processus de transformation qui l’accompagne, ainsi que la dynamique de l’interaction entre le guérisseur et le « guéri », le sujet de la guérison.

De toute évidence, il y a plusieurs niveaux de guérison possibles: physique, mental, émotionnel et spirituel. Il y a aussi plusieurs catégories de guérisseurs. Certains travaillent avec une énergie qui leur vient de Dieu et ont le sentiment de n’être qu’un « canal » véhiculant l’action du Divin. D’autres pensent être le facteur principal de la guérison et il se peut même qu’ils ne croient pas en Dieu. Dans les deux cas, les sujets guérissent.

Il n’y a aucune raison pour que quiconque continue à souffrir s’il existe un moyen de le soulager, grâce à un élan humanitaire librement offert par une personne possédant les compétences et les outils appropriés, même si leurs croyances sont différentes.

Certains guérisseurs pensent qu’il faut maintenir la pureté du véhicule qui canalise l’énergie de guérison (leur corps), tandis que d’autres pensent que l’amour qui guérit est pur, quels que soient les besoins énergétiques individuels ou l’état du véhicule (leur corps).

Certains guérisseurs mangent de la viande, d’autres sont végétariens ; certains guérisseurs adoptent des techniques chamaniques impliquant l’utilisation de drogues, tandis que d’autres guérisseurs les évitent. Certains utilisent des herbes et différentes sortes de plantes, alors que d’autres utilisent uniquement le pouvoir de la conscience. Certains sont de compagnie très agréable, tandis que d’autres seront mieux appréciés à distance.

Ce qu’ils ont tous en commun, c’est l’aptitude à aider l’autre à retrouver sa plénitude. Ils ont tous la capacité de se mettre au service de la communauté qui les entoure.

En aucun cas vous ne devez changer votre manière d’être pour entrer dans la communauté des guérisseurs. La première règle est de rester vous-même et de faire ce qui vous semble le plus efficace, même si vous êtes le seul à agir de la sorte.

Peu importe vos habitudes personnelles, alimentaires, sexuelles ou votre sociabilité. Ce qui importe, c’est votre aptitude à guérir les autres. Si votre action est couronnée de succès, c’est que vous êtes un guérisseur. C’est quelque chose que l’on ne pourra jamais vous enlever, que les autres ne pourront jamais remettre en question, aussi réductrices que soient leurs idées.

En devenant guérisseur, vous entrez dans une communauté d’hommes et de femmes qui s’étend à toutes les couches de la population et qui s’adapte au milieu dans lequel elle évolue. Les guérisseurs se trouvent dans tous les milieux de la société où le besoin de guérison se manifeste et tous les milieux sont touchés par ce phénomène. Même les guérisseurs ont parfois besoin d’être guéris. Certains guérisseurs travaillent dans le milieu scientifique, d’autres au sein de la communauté spirituelle. Certains œuvrent dans l’armée, d’autres dans le monde politique. Certains évoluent dans les milieux bien considérés de la société, tandis que d’autres font partie de contre-cultures ou de milieux marginaux. Certains guérisseurs sont membres de clubs de moto, de groupes de punks où évoluent dans le milieu des prostituées ou des drogués.

Le fait d’être capable d’utiliser un ensemble d’outils pour guérir un individu ne vous rendra pas plus puissant ou meilleur qu’un autre, pas plus que le fait de savoir lire ne rend plus puissant et meilleur qu’un autre. Ces deux types de savoir constituent des compétences précieuses que tout un chacun peut apprendre et qui sont de fait enseignés aux enfants. Comment pourrait-on s’enorgueillir de compétences qu’un enfant de six ans est parfaitement capable d’acquérir ?

Les outils qui sont utilisés par le Système Corps-Miroir de Guérison inclus le fait de ressentir et de diriger l’énergie, et de lire le corps comme une carte de la conscience à l’intérieur pour comprendre la cause intérieure des symptômes, de façon à ce que les tensions qui représentent la cause intérieure puissent être relâchées, en même temps que les symptômes de ces tensions.

Il est important de comprendre que ce avec quoi nous travaillons, c’est la conscience de l’individu qui a été affecté, puisque c’est là que les symptômes commencent.

Il est vrai que les symptômes se manifestent à travers la réalité de cause et effet physique, mais il est important de comprendre que cela se produit seulement lorsque les conditions pour le symptômes existent dans la conscience de la personne affectée.

Notre état naturel est l’équilibre, et la bonne santé, et la complétude. Lorsqu’il y a une tension dans la conscience de quelqu’un à propos de quelque chose qui se passe dans leur vie, la personne se trouve hors de son état naturel d’équilibre, et si cette tension atteint un certain degré d’intensité elle se manifeste au niveau physique comme un symptôme. Le symptôme parle un langage qui reflète l’idée selon laquelle nous créons tous notre réalité, et quand décrit de ce point de vue là, la métaphore du symptôme apparaît

Si par exemple l’effet du symptôme est de ne pas marcher, nous pouvons dire que la personne s’est empêchée de quitter une situation dans laquelle elle n’est pas heureuse. Si la personne a des difficultés avec sa vue, nous pouvons dire qu’il y a quelque chose qu’elle ne veut pas voir ou qu’elle a évité de regarder. Le corps de la personne dit “ Voilà ce que tu t’es fait à toi-même. ”

Cette dynamique est ce que nous voyons comme le Système Directionnel Humain. Le premier niveau de communication avec notre “ Moi Supérieur ” est l’intuition. Si nous n’écoutons pas à ce niveau-là, nous obtenons le message plus fort dans nos émotions, en sentant de plus en plus de résistances dans nos émotions au fur et à mesure que nous avançons dans cette direction qui n’est pas bonne pour nous, ça représente une résistance sur notre chemin. Si nous n’écoutons toujours pas, nous sommes guidés dans une expérience pour créer un symptôme au niveau physique, pour que nous comprenions ce qui se passait dans notre conscience à propos de quelque chose qui se passe dans notre vie.

Si un symptôme existe et que nous faisons quelque chose de différent de ce que nous avons fait jusque là, le symptôme n’a plus de raison d’être et peut être relâché, en fonction de ce que nous nous laissons croire possible.

La guérison se produit lorsque les tensions, la cause intérieure, sont relâchées de la conscience de la personne affectée. Nous pouvons y parvenir avec quoi que ce soit que nous utilisons et considérons comme des outils de guérison, ou en travaillant avec l’énergie, avec quel outil que ce soit ayant le même effet de changement dans la conscience de la personne affectée.

Donc, même une simple conversation peut être considérée comme une guérison si elle a cet effet.

Tout le monde peut apprendre à utiliser les outils de guérison que nous utilisons.

N’importe qui se souciant suffisamment de quelqu’un peut avoir une conversation avec eux qui pourrait aboutir à un changement de guérison dans leur conscience, et même peut-être sauver leur vie si la conversation leur donne une nouvelle raison de faire face à la vie, une nouvelle raison de vivre.

Tout le monde peut guérir.

Donc, nous sommes tous guérisseurs et nous croyons que tout peut être guéri.

© 2010 Martin Brofman

Comments are closed.

Français